Dimanches (Je m’ennui)

Je m’ennuie, natal! je m’ennuie,

Sans cause bien appréciable,

Que bloqué par les boues, les dimanches, les pluies,

En d’humides tabacs ne valant pas le diable.
Hé là-bas, le prêtre sans messes!….

Ohé, mes petits sens hybrides !…

Et je bats mon rappel! et j’ulule en détresse,

Devant ce Moi, tonneau d’lxion des Danaïdes.
Oh! m’en aller, me croyant libre,

Désattelé des bibliothèques,

Avec tous ces passants cuvant en équilibre

Leurs cognacs d’Absolu, leurs pâtés d’Intrinsèque!…
Messieurs, que roulerais tranquille,

Si j’avais au moins ma formule,

Ma formule en pilules dorées, par ces villes

Que vont pavant mes jobardises d’incrédule!…
(Comment lui dire : « Je vous aime? »

Je me connais si peu moi-même.)

Ah! quel sort! Ah! pour sur, la tâche qui m’incombe

M’aura sensiblement rapproché de la tombe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.