Délivre-moi, Seigneur, de cette mer profonde…

Délivre-moi, Seigneur, de cette mer profonde

Où je vogue incertain, tire-moi dans ton port :

Environne mon coeur de ton rempart plus fort,

Et viens me défendant des soldats de ce monde :
Envoie-moi ton esprit pour y faire la ronde,

Afin qu’en pleine nuit on ne me fasse tort

Autrement, Seigneur Dieu, je vois, je vois la mort

Qui me tire vaincu sur l’oubli de son onde.
Les soldats ennemis qui me donnent l’assaut,

Et qui de mon rempart sont montés au plus haut,

Ce sont les arguments de mon insuffisance :
La cause du débat, c’est que trop follement

J’ai voulu compasser en mon entendement

Ton être, ta grandeur, et ta toute-puissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.