D’un sommeil plus tranquille à mes amours rêvant…

D’un sommeil plus tranquille à mes amours rêvant,

J’éveille avant le jour mes yeux et ma pensée,

Et cette longue nuit si durement passée,

Je me trouve étonné de quoi je suis vivant.
Demi désespéré je jure en me levant

D’arracher cet objet à mon âme insensée,

Et soudain de ses vœux ma raison offensée

Se dédit et me laisse aussi fol que devant.
Je sais bien que la mort suit de près ma folie,

Mais je vois tant d’appas en ma mélancolie,

Que mon esprit ne peut souffrir sa guérison.
Chacun à son plaisir doit gouverner son âme,

Mithridate autrefois a vécu de poison,

Les Lestrygons de sang, et moi je vis de flamme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.