Pâles esprits, et vous ombres poudreuses

Pâles esprits, et vous ombres poudreuses,

Qui jouissant de la clarté du jour

Fîtes sortir cet orgueilleux séjour,

Dont nous voyons les reliques cendreuses :
Dites, esprits (ainsi les ténébreuses

Rives de Styx non passable au retour,

Vous enlaçant d’un trois fois triple tout,

N’enferment point vos images ombreuses),
Dites-moi donc (car quelqu’une de vous

Possible encor se cache ici dessous)

Ne sentez-vous augmenter votre peine,
Quand quelquefois de ces coteaux romains

Vous contemplez l’ouvrage de vos mains

N’être plus rien qu’une poudreuse plaine ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.