Ô suave ami périssable

Ô suave ami périssable,

Tu ne pourras laisser de traces

Que le temps mobile n’efface

Comme fait le vent sur les sables!
Tes doux jeux, charmants, éphémères,

Sont faits d’écume et d’âme amère.

Et cependant, quoi que tu fasses,

Il restera que je t’aimais,

Que j’ai dit ta grâce à l’espace,

Et penché sur tes yeux ma face

Où le soleil se résumait !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.