Ô lumineux matin

Ô lumineux matin, jeunesse des journées,

Matin d’or, bourdonnant et vif comme un frelon,

Qui piques chaudement la nature, étonnée

De te revoir après un temps de nuit si long.
Matin, fête de l’herbe et des bonnes rosées,

Rire du vent agile, œil du jour curieux,

Qui regardes les fleurs, par la nuit reposées

Dans les buissons luisants s’ouvrir comme des yeux.
Heure de bel espoir qui s’ébat dans l’air vierge

Emmêlant les vapeurs, les souffles, les rayons

Où les coteaux herbeux, d’où l’aube blanche émerge,

Sous les trèfles touffus font chanter leurs grillons.
Belle heure, où tout mouillé d’avoir bu l’eau vivante,

Le frissonnant soleil que la mer a baigné

Éveille brusquement dans les branches mouvantes

Le piaillement joyeux des oiseaux matiniers,
Instant salubre et clair, ô fraîche renaissance,

Gai divertissement des guêpes sur le thym,

– Tu écartes la mort, les ombres, le silence,

L’orage, la fatigue et la peur, cher matin…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.