Non, ton éternité

Non, ton éternité d’inconscience obscure,

D’aveugle impulsion, de mouvement forcé,

Tout l’infini du temps ne vaut pas, ô Nature !

La minute où j’aurai pensé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.