Mets-moi dessus la mer d’où le soleil se lève

Mets-moi dessus la mer d’où le soleil se lève,

Ou près du bord de l’onde où sa flamme s’éteint ;

Mets-moi au pays froid, où sa chaleur n’atteint,

Ou sur les sablons cuits que son chaud rayon grève ;
Mets-moi en long ennui, mets-moi en joie brève,

En franche liberté, en servage contraint ;

Soit que libre je sois, ou prisonnier rétreint,

En assurance, ou doute, ou en guerre ou en trêve ;
Mets-moi au pied plus bas ou sur les hauts sommets

Des monts plus élevés, ô Méline, et me mets

En une triste nuit ou en gaie lumière ;
Mets-moi dessus le ciel, dessous terre mets-moi,

Je serai toujours même, et ma dernière foi

Se trouvera toujours pareille à la première.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.