L’échelonnement des haies

L’échelonnement des haies

Moutonne à l’infini, mer

Claire dans le brouillard clair

Qui sent bon les jeunes baies.
Des arbres et des moulins

Sont légers sur le vert tendre

Où vient s’ébattre et s’étendre

L’agilité des poulains.
Dans ce vague d’un Dimanche

Voici se jouer aussi

De grandes brebis aussi

Douces que leur laine blanche.
Tout à l’heure déferlait

L’onde, roulée en volutes,

De cloches comme des flûtes

Dans le ciel comme du lait.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.