Le Premier Arbre de l’allée

Le premier arbre de l’allée ?

– Il est parti, dites, vers où,

Avec son tronc qui bouge et son feuillage fou

Et la rage du ciel à ses feuilles mêlée ?
Les autres arbres ? – L’ont suivi

Sur double rang, à l’infini ;

Ils vont là-bas, sans perdre haleine,

A sa suite, de plaine en plaine ;

Ils vont là-bas où les conduit

Sa marche à lui, immense et monotone,

A travers la fureur et l’effroi de l’automne.
Le premier arbre est grand d’avoir souffert

Depuis longtemps, c’est dans ses branches

Que les hivers

Prenaient, des beaux étés, leurs sinistres revanches ;

Contre lui seul, le Nord

Poussait d’abord

Et ses rages et ses tempêtes

Et quelquefois, le soir, il le courbait si fort,

Que l’arbre immensément épars sous la défaite

Semblait toucher le sol et buter dans la mort.

L’orage était partout et l’espace était blême ;

L’arbre ployé criait, mais redressait quand même,

Après l’instant d’angoisse et de terreur passé,

Son branchage tordu et son front convulsé.

Grâce à sa force large et mouvante et solide,

Il rassurait tous ceux dont il était le guide.

Il leur servait d’exemple et de gloire à la fois.

Au temps de l’accalmie, ils écoutaient sa voix

Leur parler à travers l’émoi de son feuillage.

Ils lui disaient leur peur en face du nuage

Qui rôdait plein de foudre à l’horizon subtil.

L’un voulait fuir sans lutte et l’autre se défendre ;

Tous différaient d’avis, quoique voulant s’entendre,

Si bien qu’il lui fallait assumer le péril

D’entrainer seul, là-bas, en quels itinéraires !

Ces mille arbres nourris de volontés contraires.
S’il les menait ainsi, c’est qu’il savait agir

Son vouloir était dur, mais son geste était souple.

Pour les mieux exalter, il les rangeait par couples

Et dès qu’au loin il entendait le vent rugir,

Farouche et violent, il se mettait en route.

Eux le suivaient, abandonnant dispute et doute,

Heureux de retrouver un chef dans le danger.

Ils adoraient alors et son geste enragé

Et son cri despotique à travers les tumultes.

Par les soirs éclatants ou par les nuits occultes,

Il tenait tête à tout le ciel, tragiquement ;

Tous l’admiraient et tous se demandaient comment,

A mesure que l’ombre étreignait son écorce,

Il sentait mieux l’orgueil lui insuffler la force.
Mais les arbres qu’il entraînait dans ce combat

Que son ardeur changeait en fête,

Bien qu’ils fussent ses compagnons, ne savaient pas

Quel signe alors sacrait sa tête.

Nul ne voyait le feu dont l’or le surmontait

– Vague couronne et flamboyance –

Et que s’il était maître et roi, il ne l’était

Qu’en s’affolant de confiance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.