Le bibliophile

Ce n’était pas quelque tableau de l’école flamande, un

David-Téniers, un Breughel d’Enfer, enfumé à n’y pas

voir le diable.
C’était un manuscrit rongé des rats par les bords, d’une

écriture toute enchevêtrée, et d’une encre bleue et rouge.
–  » Je soupçonne l’auteur, dit le Bibliophile, d’avoir

écu vers la fin du règne de Louis douze, ce roi de pater-

nelle et plantureuse mémoire.  »
 » Oui, continua-t-il d’un air grave et méditatif, oui,

il aura été clerc dans la maison des sires de Chateau-

vieux.  »
Ici, il feuilleta un énorme in-folio ayant pour titre le

Nobiliaire de France, dans lequel il ne trouva mentionnés

que les sires de Chateauneuf.
–  » N’importe ! dit-il un peu confus, Chateauneuf et

Chateauvieux ne sont qu’un même château. Aussi bien il

est temps de débaptiser le Pont-Neuf. «

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.