Je n’ai besoin, de toi, que toi-même! sans l’âme

Je n’ai besoin, de toi, que toi-même! sans l’âme,

Sans l’amitié, la voix, le plaisir, le bonheur!

Hélas! de t’avoir vu triste m’a fait si peur

Que de ton cœur muet mon désir ne réclame

Que l’humble instant sans paix, sans consolation,

Où mon esprit troublé, qui meurt de passion,

Contemple avec une ample et radieuse aisance

Le miracle restreint de ta triste présence…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.