Fais ce que tu veux, désormais

Fais ce que tu veux, désormais.

Va-t-en, reviens, ne viens jamais !

— Mon cœur, qui lentement déchoit,

Fait semblant de t’offrir ce choix;

Pourtant, je sais bien, tu le penses !

Que tu n’as nulle obéissance…
— Je devrais, en ces sombres jours,

Songer aux poignantes amours

Qu’en des fronts plus purs je suscite.

Mais il n’est pas de réussite

Contre ces guerriers bien armés

Qui, massés dans mon cœur qui rêve,

Sans égards, sans pitié, sans trêve,

Me contraignent tous à t’aimer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.