Entre peu d’autres

à Philippe Soupault.

Ses yeux ont tout un ciel de larmes.

Ni ses paupières ni ses mains

Ne sont une nuit suffisante

Pour que la douleur s’y cache.
Il ira demander

Au Conseil des Visages

S’il est encore capable

De chasser sa jeunesse
Et d’être dans la plaine

Le pilote du vent.

C’est une affaire d’expérience :

Il prend sa vie par le milieu.
Seuls, les plateaux de la balance…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.