Désarmement

Désarmer? Oui, ce bruit-là court,

Je sais qu’on a conté ce conte.

Églé, qui doit l’arrêter court?

Vous, dont il faut bien tenir compte.
On parle de désarmement!

Sans nulles paroles railleuses,

On rangerait, pour le moment,

Les canons et les mitrailleuses.
Ainsi, tout sera bien réglé

Pour tranquilliser les empires.

C’est bon. Mais cependant, Églé,

Que ferez-vous de vos sourires?
Car, Déesse, vos fiers appas

Et vos beautés et tous vos charmes,

Ainsi qu’on ne l’ignore pas,

Sont les plus redoutables armes.
Jeune guerrière aux sombres yeux,

Que ferez-vous de l’arc farouche

De vos sourcils mystérieux

Et des braises de votre bouche?
O vous dont on craint l’oeil subtil

Et qui triomphez dans les villes,

Dites-le-nous, en sera-t-il

De vous comme des vaudevilles,
Et verra-t-on les fiers accords

Que la grâce des attitudes

Fait saillir sur votre beau corps,

Remplacés par des platitudes?
Celle qui vit à ses genoux

Le jeune Adonis comme Anchise,

Avait bien moins d’armes que vous;

Et, je le dis avec franchise,
Charmeresse, Eve ou Dalila,

Dût l’Europe en être alarmée,

Tant que vous aurez ces yeux-là,

Je ne vous vois pas désarmée.
28 juillet 1888.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.