Dans la Sierra

J’aime d’un fol amour les monts fiers et sublimes !

Les plantes n’osent pas poser leurs pieds frileux

Sur le linceul d’argent qui recouvre leurs cimes ;

Le soc s’émousserait à leurs pics anguleux.
Ni vigne aux bras lascifs, ni blés dorés, ni seigles ;

Rien qui rappelle l’homme et le travail maudit.

Dans leur air libre et pur nagent des essaims d’aigles,

Et l’écho du rocher siffle l’air du bandit.
Ils ne rapportent rien et ne sont pas utiles ;

Ils n’ont que leur beauté, je le sais, c’est bien peu ;

Mais, moi, je les préfère aux champs gras et fertiles,

Qui sont si loin du ciel qu’on n’y voit jamais Dieu !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.