Clarisse

Imitation d’un poète écossais.
Oui, je me plais, Clarisse, à la saison tardive,

Image de cet âge où le temps m’a conduit ;

Du vent à tes foyers j’aime la voix plaintive

Durant la longue nuit.
Philomèle a cherché des climats plus propices ;

Progné fuit à son tour : sans en être attristé,

Des beaux jours près de toi retrouvant les délices,

Ton vieux cygne est resté.
Viens dans ces champs déserts où la bise murmure

Admirer le soleil, qui s’éloigne de nous ;

Viens goûter de ces bois qui perdent leur parure

Le charme triste et doux.
Des feuilles que le vent détache avec ses ailes

Voltige dans les airs le défaillant essaim :

Ah ! puissé-je en mourant me reposer comme elles

Un moment sur ton sein !
Pâle et dernière fleur qui survit à Pomone,

La veilleuse en ces prés peint mon sort et ma foi :

De mes ans écoulés tu fais fleurir l’automne,

Et je veille pour toi.
Ce ruisseau, sous tes pas, cache au sein de la terre

Son cours silencieux et ses flots oubliés :

Que ma vie inconnue, obscure et solitaire,

Ainsi passe à tes pieds !
Aux portes du couchant le ciel se décolore ;

Le jour n’éclaire plus notre aimable entretien :

Mais est-il un sourire aux lèvres de l’Aurore

Plus charmant que le tien ?
L’astre des nuits s’avance en chassant les orages :

Clarisse, sois pour moi l’astre calme et vainqueur

Qui de mon front troublé dissipe les nuages

Et fait rêver mon coeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.