Cheveux crêpes et longs où mon coeur se désire

Cheveux crêpes et longs où mon coeur se désire

Aise d’être enlacé d’un ferme enlacement,

Bouche au teint vermeillet où mon contentement

Se voit peint sur ton bord qui le basme soupire,
Beaux yeux, mes doux flambeaux par qui seuls je respire,

Beauté, le seul objet de mon entendement,

Vous voyant un désir m’enflamme doucement,

Qui du vulgaire lourd et de moi me retire.
Les trois Grâces ensemble et les Amours je vis

Vos beautés, votre grâce, adorer à l’envi.

Je brûlai par trois fois et criai : « Je vous prie,
Vous, astres de la nuit, et toi, père du jour,

Pendant que cette-ci m’apprend que c’est Amour,

De tourner lentement et d’allonger ma vie… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.