Chanson à manger

Quand j’ay bien faim et que je mange

Et que j’ay bien dequoy choisir,

Je ressens autant de plaisir

Qu’en grattant ce qui me demange.

Cher Amy, tu m’y faits songer :

Chacun fait des Chansons à boire,

Et moy, qui n’ay plus rien de bon que la machoire,

Je n’en veux faire qu’à manger.
Quand on se gorge d’un potage

Succulent comme un consommé,

Si nostre corps en est charmé,

Nostre ame l’est bien davantage.

Aussi Satan, le faux glouton,

Pour tromper la femme premiere,

N’alla pas luy monstrer du vin ou de la biere,

Mais dequoy branler le menton.
Quatre fois l’homme de courage

En un jour peut manger son saoul ;

Le trop boire peut faire un fou

De la personne la plus sage.

A-t’on vidé mille tonneaux,

On n’a beu que la mesme chose,

Au lieu qu’en un repas on peut doubler la doze

De mille differans morceaux.
Quel plaisir lors qu’avec furie,

Apres la bisque et le rosty,

D’un entremets bien assorty

Vient reveiller la mangerie !

Quand on devore un bon melon

Trouve-t’on liqueur qui le vaille ?

Ô cher Amy Potel ! je suis pour la mangeaille :

Il n’est rien tel qu’estre glouton.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.