Chanson (4)

Nous nous promenions parmi les décombres

A Rozel-Tower,

Et nous écoutions les paroles sombres

Que disait la mer.
L’énorme océan, – car nous entendîmes

Ses vagues chansons, –

Disait : « Paraissez, vérités sublimes

Et bleus horizons !
» Le monde captif, sans lois et sans règles,

Est aux oppresseurs

Volez dans les cieux, ailes des grands aigles,

Esprits des penseurs !
» Naissez, levez-vous sur les flots sonores,

Sur les flots vermeils,

Traites dans la nuit poindre vos aurores,

Peuples et soleils !
Vous, laissez passer la foudre et la brume,

Les vents et les cris,

Affrontez l’orage, affrontez l’écume,

Rochers et proscrits !

Jersey, 5 août 1853.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.