Beau soir d’hiver

La neige – le pays en est tout recouvert –

Déroule, mer sans fin, sa nappe froide et vierge,

Et, du fond des remous, à l’horizon désert,

Par des vibrations d’azur tendre et d’or vert,

Dans l’éblouissement, la pleine lune émerge.
A l’Occident s’endort le radieux soleil,

Dans l’espace allumant les derniers feux qu’il darde

A travers les vapeurs de son divin sommeil,

Et la lune tressaille à son baiser vermeil

Et, la face rougie et ronde, le regarde.
Et la neige scintille, et sa blancheur de lis

Se teinte sous le flux enflammé qui l’arrose.

L’ombre de ses replis a des pâleurs d’iris,

Et, comme si neigeaient tous les avrils fleuris,

Sourit la plaine immense ineffablement rose.
1883.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.