Aux anges qui nous voient

— Passant, qu’es-tu ? je te connais.

Mais, étant spectre, ombre et nuage,

Tu n’as plus de sexe ni d’âge.

— Je suis ta mère, et je venais !
— Et toi dont l’aile hésite et brille,

Dont l’œil est noyé de douceur,

Qu’es-tu, passant ? — Je suis ta sœur

— Et toi, qu’es-tu ? — Je suis ta fille.
— Et toi, qu’es-tu, passant ? — Je suis

Celle à qui tu disais : Je t’aime !

— Et toi ? — Je suis ton âme même.

Oh ! cachez-moi, profondes nuits !
Juin 1855.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.