À Lisette

Enfant d’Alphonse Lusignan.
Lisette, tu n’es plus le bébé d’autrefois,

Le bébé frétillant, beau lutin frais et rose,

Agaçant diablotin dont le rire et la voix

Ont souvent déridé mon front grave ou morose.
Tout est plus sérieux dans ton air, dans ta pose ;

Avant de t’embrasser, lorsque je te revois,

Il faut qu’en mon esprit je groupe et recompose

Mes souvenirs lointains qui s’égarent parfois.
Avouons-le tout court, tu deviens grande fille.

Cela te fait sourire, et ton œil pétille,

Moqueur, semble répondre : « Un beau malheur vraiment ! »
C’est vrai, pardonne-moi ; nous autres, pauvres hommes,

Nous oublions toujours, grands enfants que nous sommes,

Que ce qui vieillit l’un fait l’autre plus charmant.
(1885)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.