À Alfred de Musset

Hélas ! qui t’a si jeune enseigné ces mystères

Et toutes ces douleurs du pauvre cœur humain ?

Quel génie au milieu des sentiers solitaires,

Au sortir du berceau t’a conduit par la main ?
O chantre vigoureux, ô nature choisie !

Quel est l’esprit du Ciel qui t’emporte où tu veux ?

Quel souffle parfumé de sainte poésie

Soulève incessamment l’or de tes blonds cheveux ?
Quel art mystérieux à ton vers prophétique

Mêla tant de tristesse et de sérénité ?

Quel artiste divin, comme au lutteur antique,

Te donna tant de force avec tant de beauté ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.