Dichterliebe

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Parce qu'il aimait une femme qui en aimait un autre, un homme marchait. À chacun de ses pas vers le fond de la route, sa silhouette plus pure s'effaçait sur le soleil

chancelant.
Peu à peu il perdait l'usage de son cœur et, lorsqu'il s'arrêtait pour l'entendre, ce n'était plus sous la nuit que le bruit sourd du transport de la terre.
Il contemplait aussi les pays : les mers généreuses, le commerce du sucre, l'industrie des délices où travaillaient les mulâtresses au sexe obscène et

merveilleux.
Très loin, dans les feuillages, des filles suppliaient Amour de quitter son île et de laisser ses traits vainqueurs. Lilas et lys puaient la décadence de Cythère.

Dominique Pagnier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.