Les Aigus et les Graves

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Pas de panique.

Lente.

Délicate application. À couper.

Les fils qui emmaillotent la plaie.

Viande avariée.

Bleuie.

Top meurtie.

Tendue.

En équilibre.

Pal. À la pointe de la lame.

Le meilleur ami est un traître fragile.

Il joue aux silences comme les enfants tristes à la marelle.

Ciel et enfer.

La quarantaine.

Une fausse vierge rampe dans les mémoires.

Dans les draps ternis salis du petit matin.

Elle s'enivre du chant.

Discontinu.

Du chant.

Ses pieds indolores foulent les sabliers brisés.

Années en désordre sous les paupières d'or.

Son docteur fait des affaires.

Pressentiment.

Page 26.

Le bel

Emmanuel déjoue le serment.

Il faut parfois des années pour découvrir la bassesse d'un ami ou sa grandeur.

Partage.

C'est ainsi.

Judas dans son atelier de veulerie.

Désormais hissons haut l'étandard de l'oubli.

Le philtre des nuits entre les lèvres.

Les mots.

Deux inconnus tissent des miroirs d'encre.

Texte sans marge.

Les doigts le coeur tachés.

Ultima verba.

Jean-Yves Reuzeau

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.