Chant du Chien

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Saint

François et

La

Fontaine
Essenine et

Supervielle !
C'est ce chien de

Salabreuil
Avec sa pelisse en deuil
Qui vous jappe cantilène
Au bord du poème obscur
Depuis sa niche d'étoiles
Et l'ombre à son souffle impur
Se replie au creux du :nonde
Quelle honte quelle honte
Vous êtes en plein soleil
Et des lambeaux de sommeil
Faseyent sur vos épaules
Quand passe dans la nue molle
Un tourbillon d'or poisseux
Mais voici que parmi ceux
Qui se lèvent tôt sur terre
Vous prêtez à la lumière
Votre oreille en papier blanc
Et ma voix de chien descend
Noire depuis cette vie
Sur ces fleurs qu'elle déplie
Comme fait l'aube au printemps
Avec celles éclatantes
Des vieux pommiers pour qu'y entre
Le bourdon lourd et encreux

Du jeune orage d'avril

Ne soyez pas mécontents

Ce chien fou avec sa queue

Fouette ce n'est pas facile

Un lait d'astres poussiéreux

Non sans mouches ni taons bleus

Souvenez-vous l'air s'attarde

Un soir de mauvaise garde

A l'odeur de foin coupé

Dans des profondeurs sans âge

Puis l'os long d'un paysage

Un peu de lune à laper

Qu'on nous jette de la route

Bouillon triste maigre croûte

Pour que meure la chanson

Au mâchis des rogatons

Mais c'est à minuit que hurle

A la mort le jeune chien

Moi j'ai peur et le vent tourne

Autour de tout et de rien

Et je le sens qui me flatte

Soulève abaisse ma patte

Je grogne de vieille peur

J'aboie après des lueurs

Vagabondes qui m'entraînent

Ayant rompu toutes chaînes

Pardonnez-moi de toujours

Vous chercher au loin du jour

Me lamenter à vos trousses

Quand votre mort est si douce

Et si grand votre plaisir
A marcher seul et n'offrir

Plus aucun chant au silence

Pardonnez-moi ma constance

A vous suivre et vous trouver

Ma gueule jamais lavée

Mes ongles rongés de boue

Lorsque je me tiens debout

A votre épaule très chaude

Ma langue pend j'ai faim l'ode

Mauvaise me met en soif

Je ne suis sûr de rien sauf

Que toute une vie radieuse

Me fut donnée mais lépreuse

La fis pour mourir au coin

Noir du paradis des chiens.

Jean-Philippe Salabreuil
Animaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.