Les roses que j’aimais …

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Les roses que j’aimais s’effeuillent chaque jour ;

Toute saison n’est pas aux blondes pousses neuves ;

Le zéphyr a soufflé trop longtemps ; c’est le tour

Du cruel aquilon qui condense les fleuves.
Vous faut-il, allégresse, enfler ainsi la voix,

Et ne savez-vous point que c’est grande folie,

Quand vous venez sans cause agacer sous mes doigts

Une corde vouée à la mélancolie ?

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.