À Rosita

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Aux frais bourdonnements des abeilles dorées,

Aux chants du rossignol se prolongeant sur l’eau,

Aux confuses rumeurs des limpides soirées,

Aux duos amoureux de l’onde et du roseau,
À l’orchestre enivrant des brises éplorées

Qui bercent des forêts l’harmonieux réseau,

N’as-tu pas dérobé ces notes inspirées

Qui vibrent, Rosita, dans ton gosier d’oiseau ?
Mais non, ô douce artiste ! ô belle charmeresse !

Des sons les plus divins la troupe enchanteresse

N’a jamais en nos cœurs créé plus doux émois ;
Car, vois-tu, quand la foule à ton chant suspendue,

Frémit d’enthousiasme et t’acclame, éperdue,

C’est un esprit d’en haut qui parle par ta voix !

(1880)

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.