L’onde majestueuse avec lenteur s’écoule ;

Puis, sortant tout à coup de ce calme trompeur,

Furieux, et frappant les échos de stupeur,

Dans l’abîme sans fond le fleuve immense croule.
C’est la Chute ! son bruit de tonnerre fait peur

Même aux oiseaux errants, qui s’éloignent en foule

Du gouffre formidable où l’arc-en-ciel déroule

Son écharpe de feu sur un lit de vapeur.
Tout tremble ; en un instant cette énorme avalanche

D’eau verte se transforme en monts d’écume blanche,

Farouches, éperdus, bondissant, mugissant…
Et pourtant, ô mon Dieu, ce flot que tu déchaînes,

Qui brise les rochers, pulvérise les chênes,

Respecte le fétu qu’il emporte en passant.
(1868)

Évaluations et critiques :

Le Niagara
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous avez des pensées sur ce poème? Partagez-les et faites-nous part de vos idées créatives!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x