Le Perroquet

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Aux jours de sa vieille détresse

Elle avait, la pauvre négresse,

Gardé cet oiseau d’allégresse.
Ils habitaient, au coin hideux,

Un de ces réduits hasardeux,

Un faubourg lointain, tous les deux.
Lui, comme jadis à la foire,

Il jacassait les jours de gloire

Perché sur son épaule noire.
La vieille écoutait follement,

Croyant que par l’oiseau charmant

Causait l’âme de son amant.
Car le poète chimérique,

Avec une verve ironique

À la crédule enfant d’Afrique.
Avait conté qu’il s’en irait,

À son trépas, vivre en secret

Chez l’âme de son perroquet.
C’est pourquoi la vieille au front chauve,

À l’heure où la clarté se sauve,

Interrogeait l’oiseau, l’oeil fauve.
Mais il riait, criant toujours,

Du matin au soir tous les jours:

« Ha ! Ha ! Ha ! Gula, mes amours ! »
Elle en mourut dans un cri rauque,

Croyant que sous le soliloque

Inconscient du bavard glauque,
L’amant défunt voulait, moqueur,

Tailler l’amour de son vieux cœur.

Elle en mourut dans la rancœur.
L’oiseau pleura ses funérailles,

Puis se fit un nid de pierrailles

En des ruines de murailles.
Mais il devint comme hanté;

Et quand la nuit avait chanté

Au clair du ciel diamanté,
On eût dit, à voir sa détresse,

Qu’en lui pleurait, dans sa tendresse,

L’âme de la pauvre négresse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.