L’Horizon droit

Je porte un panier de mauvais réveil

Oubli du repos fenêtre sévère

La forme du corps la forme sans fard

Et les mains bornées les folles déchues
Je porte des mains à cueillir Décembre

Pour m’en rassasier je crie mon chagrin

À faire hurler avec moi les sourds

Et les prisonniers que le jour insulte
Matin sans désirs matin sans journée

Sous la bouche affreuse un feu s’est éteint

Il faudra passer les arches détruites

Du soleil d’hier qui niait l’espace
Salir d’un pas lourd les sons de l’azur

Ternir d’un regard les empreintes d’or

Et les blés du cœur couchés dans la boue

Gagner sur mon ombre au fond de l’ennui
Un autre matin aussi désolé.

Évaluations et critiques :

L’Horizon droit
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x