Les Jeux de l’amour et du hasard

Quoi ! vous qui demeuriez sans voix

Devant un couplet trop grivois,

Vous si prude, mademoiselle,

C’est vous qui me donnez… Ah ! Dieu !

Peut-on tricher à si beau jeu ?

J’ai gagné la…

La prime à ce jeu-là,

Et pourtant Rose est presque fidèle.
L’un de mes frères les rimeurs

M’aurait-il soufflé ses primeurs ?

Il n’est plus de muse pucelle,

Et les bois du Pinde, malsains,

Mènent tout droit aux Capucins.

J’ai gagné, etc.
Apprenant que Châtel dort mal

Dans son grenier pontifical,

Par pure obligeance aurait-elle

Accepté l’honneur hasardeux

D’être papesse une heure ou deux ?

J’ai gagné, etc.
Feu mon curé, plein d’onction,

En un vase d’élection

Vint-il exprès changer ma belle,

Pour que Satan, son héritier,

Se brûlât dans un bénitier ?

J’ai gagné, etc.
Mais non : Rose voit de travers

Les marchands de prose et de vers,

Les dieux de facture nouvelle ;

Et quant au goût du tonsuré,

Trois lycéens m’ont rassuré.

J’ai gagné, etc.
Fermons les yeux, pour cent raisons ;

S’il le faut même, supposons

Quelque ange ou diable amoureux d’elle.

Amants chrétiens, imitez-moi :

Pour vivre en paix ayez la foi.

J’ai gagné la…

La prime à ce jeu-là,

Et pourtant Rose est presque fidèle.

Évaluations et critiques :

Les Jeux de l’amour et du hasard
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Commentez et laissez-nous savoir ce que vous pensez de cette poésie!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x