La roue de moulin

Les nuages traînant leurs blocs

Autour du soleil qui les troue,

On voit reflamboyer la roue

Du moulin bâti dans les rocs.
Et la chose monstre qui tourne

Noire, en son clair rutilement,

Bat des mousses de diamant

Dans la ruelle où l’eau s’enfourne.
Puis, à mesure qu’il s’éteint,

Des tons de l’astre elle se teint.

Un rosâtre glacis carmine son ébène.
Voici que, grandie à présent,

Rouge, elle tourne dans du sang,

Ayant l’air de brasser une hécatombe humaine !

Évaluations et critiques :

La roue de moulin
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez votre opinion et dites-nous ce que vous pensez de ce poème. Montrez-nous que vous êtes un grand poète!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x