Les Enfants

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Si vous rencontrez trop souvent

— Parmi ces vers noirs et moroses

Que j’écris le soir en rêvant —

Le cortège des enfants roses ;
Si vous trouvez trop de blondins,

C’est ainsi que je les appelle,

Trahissant par des cris badins

Leur adorable ribambelle,
C’est qu’au fond je les aime tant :

Ils sont tous blonds, étant l’aurore ;

Rien qu’à les voir, je suis content ;

Qu’à leur parler, je m’améliore.
Ils sont blonds comme une moisson,

Étant une moisson eux-même ;

Et gardent le chaste frisson

De la main de Dieu qui les sème.
D’où viennent-ils ? C’est un secret ;

Mais ils ressemblent à des anges ;

Et si l’on osait, on irait

Chercher des ailes sous leurs langes.
Dans leurs berceaux qu’ils sont jolis

Sous les petits rideaux de gaze ;

Leur grosse tête fait des plis

A la chair du bras qu’elle écrase.
Ils dorment, lassés de leurs jeux,

La bouche ouverte, avec paresse ;

Un pied blanc, hors des draps neigeux,

Semble chercher une caresse.
Un peu plus grands, sur les tapis

Ils gambadent à quatre pattes

Jusqu’à ce qu’ils soient assoupis

Et s’y couchent comme des chattes.
Ils commencent à bégayer

Des phrases qui sont des ébauches ;

Eux-mêmes semblent s’égayer

De leurs essais tendrement gauches.
Ils ont d’imperceptibles mots

Qui sont pareils aux fraîches notes

Dont se servent dans les rameaux

Les pinsons causant aux linottes.
Puis leur langue obéit soudain

Et dés lors s’agite et babille,

Quand on les lave, le matin,

Le soir, quand on les déshabille.
Ce sont des questions sans fin :

« Quel est ce fruit ?… quel est ce livre ?…

« Pourquoi la soif, pourquoi la faim ?…

« Pourquoi l’été, pourquoi le givre ?…
« La lune, pourquoi l’accrocher

« A ce ciel qu’on ne peut atteindre ?

« C’est sans doute pour empêcher

« Que les enfants n’aillent l’éteindre.
« Pourquoi ce tic-tac régulier

« Dans la vieille horloge de marbre ?

« Pourquoi la rosée en collier

« Suspendue aux branches de l’arbre ?
« Pourquoi ces petits en lambeaux

« Quand eux ont mis leur robe blanche ;

« Pourquoi gardent-ils leurs sabots,

« Pour eux n’est-ce donc pas dimanche ? »
C’est ainsi qu’ils veulent tout voir,

Tout pénétrer et tout comprendre ;

Et nous qui croyons tant savoir,

Nous ne savons rien leur apprendre.
Avec leur droit petit bon sens

Ils troublent notre esprit superbe :

Dieu fixe les chênes puissants

A terre comme les brins d’herbe.
C’est surtout vers cinq ou six ans

Qu’ils sont à ce point adorables

Qu’ils font pâlir les vers luisants,

Qu’ils font s’incliner les érables.
Ils ont des sourires fréquents

En tenant un doigt dans leurs bouches ;

Et, comme nous, inconséquents,

Ils tirent les ailes des mouches,
Ayant pourtant le cœur si bon

Qu’ils s’attristent à voir des vieilles

Glaner des débris de charbon

Pour réchauffer un peu leurs veilles.
Oh ! comme ils jasent prés de nous

Dans leur langage pittoresque ;

Lorsqu’ils grimpent sur nos genoux,

Nous redevenons enfants presque,
Nous nous amusons avec eux,

Nous leur racontons des histoires

Où de grands ogres belliqueux,

Au fond de leurs laboratoires,
Font distiller leur noirs venins

Dans des marmites bien chauffées,

Pour détruire ces maudits nains

Qui seront sauvés par des fées.
Qu’ils sont coquets, qu’ils sont charmants !

Tous ces Astyanax d’Homère,

Lisant leurs petits compliments

A la fête des père et mère !
O les bouquets ! ô les présents !

Les œufs de Pâques, les arbustes,

Les souvenirs des premiers ans,

Des jours sereins, des jours robustes I
Enfants, vous nous rendez ce temps

Qui par vous semble proche encore ;

Nous revivons notre printemps

Et nous revivons notre aurore.
Voilà pourquoi j’ai si souvent,

Au lieu des tristesses banales,

Évoqué, le soir en rêvant,

Ces folles têtes virginales !…
Je suis semblable au voyageur

Qui monte le flanc des collines

Pour aller parcourir, songeur,

Quelque vieux manoir en ruines ;
Puis arrivé là-haut, séduit

Par l’opaque et fraîche ramure

D’où le soleil matinal luit

Dans le filet d’eau qui murmure,
Grisé par ce vent des sommets

Que heurte seul le vol des aigles,

Il ne voudra plus désormais

Que se coucher le long des seigles,
Et qu’écouter les nids chanteurs,

Et qu’effeuiller des aubépines,

Et qu’en aspirer les senteurs,

— Au lieu d’aller dans les ruines !…

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.