Epigramme funéraire

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Ici gît, Étranger, la verte sauterelle

Que durant deux saisons nourrit la jeune Hellé,

Et dont l’aile vibrant sous le pied dentelé

Bruissait dans le pin, le cytise ou l’airelle.
Elle s’est tue, hélas ! la lyre naturelle,

La muse des guérets, des sillons et du blé ;

De peur que son léger sommeil ne soit troublé,

Ah ! passe vite, ami, ne pèse point sur elle.
C’est là. Blanche, au milieu d’une touffe de thym,

Sa pierre funéraire est fraîchement posée.

Que d’hommes n’ont pas eu ce suprême destin !
Des larmes d’un enfant sa tombe est arrosée,

Et l’Aurore pieuse y fait chaque matin

Une libation de gouttes de rosée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.