Vélin doré

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Vieux Maître Relieur, l’or que tu ciselas

Au dos du livre et dans l’épaisseur de la tranche

N’a plus, malgré les fers poussés d’une main franche,

La rutilante ardeur de ses premiers éclats.
Les chiffres enlacés que liait l’entrelacs

S’effacent chaque jour de la peau fine et blanche ;

A peine si mes yeux peuvent suivre la branche

De lierre que tu fis serpenter sur les plats.
Mais cet ivoire souple et presque diaphane,

Marguerite, Marie, ou peut-être Diane,

De leurs doigts amoureux l’ont jadis caressé ;
Et ce vélin pâli que dora Clovis Ève

Évoque, je ne sais par quel charme passé,

L’âme de leur parfum et l’ombre de leur rêve.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.