Sous l’épais Sycomore

Sous l’épais sycomore, ô vierge, où tu sommeilles,

Dans le jardin fleuri, tiède et silencieux,

Pour goûter la saveur de tes lèvres vermeilles

Un papillon d’azur vers toi descend des cieux.
C’est l’heure où le soleil blanchit les vastes cieux

Et fend l’écorce d’or des grenades vermeilles.

Le divin vagabond de l’air silencieux

Se pose sur ta bouche, ô vierge, et tu sommeilles !
Aussi doux que la soie où, rose, tu sommeilles,

Il t’effleure de son baiser silencieux.

Crains le bleu papillon, l’amant des fleurs vermeilles,

Qui boit toute leur âme et s’en retourne aux cieux.
Tu souris ! Un beau rêve est descendu des cieux,

Qui, dans le bercement de ses ailes vermeilles,

Éveillant le désir encor silencieux,

Te fait un paradis de l’ombre où tu sommeilles.
Le papillon Amour, tandis que tu sommeilles,

Tout brûlant de l’ardeur du jour silencieux,

Va t’éblouir, hélas ! de visions vermeilles

Qui s’évanouiront dans le désert des cieux.
Ëveille, éveille-toi ! L’ardent éclat des cieux

Flétrirait moins ta joue aux nuances vermeilles

Que le désir ton coeur chaste et silencieux

Sous l’épais sycomore, ô vierge, où tu sommeilles !

Évaluations et critiques :

Sous l’épais Sycomore
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x