La cité natale

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Heureux qui dans sa ville, hôte de sa maison,

Dès le matin joyeux et doré de la vie

Goûte aux mêmes endroits le retour des saisons

Et voit ses matinées d’un calme soir suivies.
Fidèles et naïfs comme de beaux pigeons

La lune et le soleil viennent sur sa demeure,

Et, pareille au rosier qui s’accroît de bourgeons,

Sa vie douce fleurit aux rayons de chaque heure.
Il va, nouant entre eux les surgeons du destin,

Mêlant l’âpre ramure et les plus tôt venues,

Et son coeur ordonné est comme son jardin

Plein de nouvelles fleurs sur l’écorce chenue.
Heureux celui qui sait goûter l’ombre et l’amour,

De l’ardente cité à ses coteaux fertiles,

Et qui peut, dans la suite innombrable des jours,

Désaltérer son rêve au fleuve de sa ville…

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.