La harpe de madame de Genlis

Comtesse aux yeux dorés, je l’ai toujours connue

Cette harpe ; elle était près de votre portrait,

Chez mon père ; et, déjà, sa langueur ingénue

Faisait un peu semblant de garder un secret.
Cette harpe, elle avait orchestré votre vie ;

Et, confidente d’un roman cher et fatal,

Elle savait si votre fille Pulchérie,

Par les soins de l’amour, avait du sang royal ?
Cette harpe, elle avait, sur ses cordes légères,

Conservé tous les noms des danseurs éphémères

Qui vous environnaient d’un éternel désir ;
Et, quand on la regarde, on croit parfois entendre

Un arpège qui va, silencieux et tendre,

De vos premiers serments à vos derniers soupirs.

Évaluations et critiques :

La harpe de madame de Genlis
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Aidez les autres à explorer le monde de la poésie et partagez votre opinion sur ce poème.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x