Complainte du roi de Thulé

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Il était un roi de Thulé,

Immaculé,

Qui, loin des jupes et des choses,

Pleurait sur la métempsychose

Des lys en roses,

Et quel palais!
Ses fleurs dormant, il s’en allait,

Traînant des clés,

Broder aux seuls yeux des étoiles

Sur une tour, un certain Voile

De vive toile,

Aux nuits de lait!
Quand le voile fut bien ourlé,

Loin de Thulé,

Il rama fort sur les mers grises,

Vers le soleil qui s’agonise,

Féerique Eglise!

Il ululait:
« Soleil-crevant, encore un jour,

Vous avez tendu votre phare

Aux holocaustes vivipares,

Du culte qu’ils nomment l’Amour.
« Et comme, devant la nuit fauve,

Vous vous sentez défaillir,

D’un dernier flot d’un sang martyr

Vous lavez le seuil de l’Alcôve!
« Soleil! Soleil! moi je descends

Vers vos navrants palais polaires,

Dorloter dans ce Saint-Suaire

Votre cœur bien en sang,

En le berçant! »
Il dit, et, le Voile étendu,

Tout éperdu,

Vers les coraux et les naufrages,

Le roi raillé des doux corsages,

Beau comme un Mage

Est descendu!
Braves amants! aux nuits de lait,

Tournez vos clés!

Une ombre, d’amour pur transie,

Viendrait vous gémir cette scie :

« Il était un roi de Thulé

Immaculé… »

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.