Le Dernier Jour

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

J’ai dit souvent : Dieu confonde

Ce monde et tout avec lui !

Mais, quand de ce pauvre monde

Le jour suprême aura lui,

Changeant de ton dès l’aurore,

Je dirai, j’en fais l’aveu :

Pauvre globe, tourne encore,

Tourne, tourne encore un peu.
À cette heure épouvantable,

Tous vos hôtels trembleront,

Riches ; et de votre table

Bien des miettes tomberont.

Affamés, qu’on se restaure !

Dirai-je, et trinquons, morbleu !

Pauvre globe, etc.
L’effroi que ce jour fait naître

(Et pour ma part j’en ris bien)

Empêche de reconnaître

Son lit, sa femme et son bien.

Plus de bourgeois matamore,

Plus d’huissiers ! le Code au feu !

Pauvre globe, etc.
Le vieux soleil file, file,

Et s’éteint dans le brouillard :

Allons, truands, par la ville

Jouer à colin-maillard.

Tremblez, Rose, Hortense, Laure :

J’ai la main heureuse au jeu.

Pauvre globe, etc.
Et vite, chez la reinette

Dont un soir je fus épris,

Allons de ma chansonnette

Réclamer gaîment le prix.

Aux appas qu’en vers j’adore

Allons dire en prose adieu.

Pauvre globe, etc.
Puis à mon hôte Grégoire

Répétons, le verre en main :

N’ayez souci du mémoire,

J’attends mon père demain.

Car qui m’a fait ? Je l’ignore,

Mon Credo dit que c’est Dieu.

Pauvre globe, etc.
Je fredonnais de la sorte,

Dormant, rêvant à demi,

Quand tout à coup à ma porte

Retentit un pas ami.

Avril en fleur vient d’éclore,

Mes vitres ont un ciel bleu :

Pauvre globe, tourne encore,

Tourne, tourne encore un peu.

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.