Faim rouge

Tu étais folle.
Comme c’est loin !
Tu mourus, un doigt devant ta bouche,

Dans un noble mouvement,

Pour couper court à l’effusion ;

Au froid soleil d’un vert partage.
Tu étais si belle que nul ne s’aperçut de ta mort.

Plus tard, c’était la nuit, tu te mis en chemin avec moi.
Nudité sans méfiance,

Seins pourris par ton cœur.
A l’aise en ce monde occurrent,
Un homme, qui t’avait serré dans ses bras,

Passe à table.
Sois bien, tu n’es pas.

Évaluations et critiques :

Faim rouge
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Votre avis compte! Laissez-nous savoir ce que vous pensez de ce poème et montrez-nous que vous êtes un grand poète!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x