Sourire dans la mort

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Car il n’est pas juste que la lamentation

soit dans la maison des serviteurs des Muses :

cela est indigne de nous.

Psappha.
Le charme maladif des musiques moroses

Ici ne convient point à l’auguste trépas.

Venez, il faut couvrir de rythmes et de roses

La maison de l’Aède, où le deuil n’entre pas !
Que, parmi le reflux des clartés, se déploie

La pompe des parfums, des chants et des couleurs :

Avec des cris d’orgueil, d’espérance et de joie,

Jetez à pleines mains les fleurs, les fleurs, les fleurs !

Recommander

Partager:

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on linkedin

CITATIONS ET EXTRAITS

{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.