Néère

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp

Mais telle qu’à sa mort pour la dernière fois,

Un beau cygne soupire, et de sa douce voix,

De sa voix qui bientôt lui doit être ravie,

Chante, avant de partir, ses adieux à la vie,

Ainsi, les yeux remplis de langueur et de mort,

Pâle, elle ouvrit sa bouche en un dernier effort :
 » Ô vous, du Sébéthus Naïades vagabondes,

Coupez sur mon tombeau vos chevelures blondes.

Adieu, mon Clinias ! moi, celle qui te plus,

Moi, celle qui t’aimai, que tu ne verras plus.

Ô cieux, ô terre, ô mer, prés, montagnes, rivages,

Fleurs, bois mélodieux, vallons, grottes sauvages,

Rappelez-lui souvent, rappelez-lui toujours

Néère tout son bien, Néère ses amours ;

Cette Néère, hélas ! qu’il nommait sa Néère,

Qui pour lui criminelle abandonna sa mère ;

Qui pour lui fugitive, errant de lieux en lieux,

Aux regards des humains n’osa lever les yeux.

Oh ! soit que l’astre pur des deux frères d’Hélène

Calme sous ton vaisseau la vague ionienne ;

Soit qu’aux bords de Paestum, sous ta soigneuse main,

Les roses deux fois l’an couronnent ton jardin ;

Au coucher du soleil, si ton âme attendrie

Tombe en une muette et molle rêverie,

Alors, mon Clinias, appelle, appelle-moi.

Je viendrai, Clinias ; je volerai vers toi.

Mon âme vagabonde à travers le feuillage

Frémira ; sur les vents ou sur quelque nuage

Tu la verras descendre, ou du sein de la mer,

S’élevant comme un songe, étinceler dans l’air ;

Et ma voix, toujours tendre et doucement plaintive,

Caresser en fuyant ton oreille attentive. «

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.