Je marchais… je cherchais quelque doux raccourci

Pour, au clocher voisin, arriver la première.

Le vieux berger, au front plus jaune qu’un souci,

M’a dit, quand je suivais une rose trémière :
« Ne prenez pas par là… et prenez par ici…

Ici, c’est le chemin… là-bas, c’est la rivière… »

Mais, plus vive que moi et semblant comme un cri

S’élancer de mon cœur et du cœur de la terre,
L’hirondelle dit au berger :

« Ah ! qu’importe de voyager

Par l’onde ou parmi les luzarches ;
Tout élan conduit aux lumières…

Et Pascal a dit : Les rivières

Ne sont que des chemins qui marchent ! »

Évaluations et critiques :

L’hirondelle
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x