De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne

De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne

Où tout l’orgueil du monde on a vu quelquefois,

Tu n’en es pas coupable, ô quiconque tu sois

Que le Tigre et le Nil, Gange et Euphrate baigne :
Coupables n’en sont pas l’Afrique ni l’Espagne,

Ni ce peuple qui tient les rivages anglais,

Ni ce brave soldat qui boit le Rhin gaulois,

Ni cet autre guerrier, nourrisson d’Allemagne.
Tu en es seule cause, ô civile fureur,

Qui semant par les champs l’émathienne horreur,

Armas le propre gendre encontre son beau-père :
Afin qu’étant venue à son degré plus haut,

La Romaine grandeur, trop longuement prospère,

Se vît ruer à bas d’un plus horrible saut.

Évaluations et critiques :

De ce qu’on ne voit plus qu’une vague campagne
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Vous voulez rejoindre la communauté des poètes? Laissez-nous savoir ce que vous pensez de ce poème!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x