Sur le rythme saphique

La lune s’est couchée, ainsi que les Pléiades ;

il est minuit, l’heure passe, et je dors solitaire.

Psappha
L’ombre se drapait en des voiles de veuves,

La mer aspirait le sang tiède des fleuves,

L’Aphrodita blonde au regard décevant

Riait en rêvant.
J’entendis gémir, au profond de l’espace,

Celle qui versa la strophe ardente et lasse,

Et dont le laurier fleurit et triompha,

La pâle Psappha.
« Le rossignol râle et frémit par saccades,

Et l’ombre engloutit la lune et les Pléiades :

L’heure sans espoir et sans extase fuit

Au sein de la nuit.
« Parmi les parfums glorieux de la terre,

Je rêve d’amour et je dors solitaire,

O vierge au beau front pétri d’ivoire et d’or

Que je pleure encor ! »

Évaluations et critiques :

Sur le rythme saphique
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.singularReviewCountLabel }}
{{ reviewsTotal }}{{ options.labels.pluralReviewCountLabel }}
{{ options.labels.newReviewButton }}
{{ userData.canReview.message }}

Partagez ce que vous ressentez après avoir lu ce poème. Nous voulons savoir ce que vous en pensez!

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x