17 – Je fuis la ville, et temples, et tous lieux…

Je fuis la ville, et temples, et tous lieux

Esquels, prenant plaisir à t’ouïr plaindre,

Tu pus, et non sans force, me contraindre

De te donner ce qu’estimais le mieux.
Masques, tournois, jeux me sont ennuyeux,

Et rien sans toi de beau ne me puis peindre;

Tant que, tâchant à ce désir étreindre,

Et un nouvel objet faire à mes yeux,
Et des pensers amoureux me distraire,

Des bois épais suis le plus solitiare.

Mais j’aperçois, ayant erré maint tour,
Que si je veux de toi ëtre délivre,

Il me convient hors de moi-mëme vivre;

Ou fais encor que loin sois en séjour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.